02/08/2011

p.43-44

(43)

La compagnie du Bambois est la plus tardive pour rentrer dans le cortège. Elle avait (sic) resté une heure et demie, et elle eut arrivé dernière à la station : Greffes de la Folie, si les compagnies devant la suivre n’avaient fait une halte près la ferme de Doumont et la laissait prendre son numéro d’ordre.

De l’Eglise, Faubourg de Lège (sic), de Saint Roch (sic), Campagne du Pauche, Couture Mathot, route de Ligny à Denée, Faubourg de France, des Quatre Bras, rue de la Station, campagne du Chêne, place de la Briqueterie jusque l’Eglise, c’était une véritable haie humaine. – Jamais, me dit une octogénaire, la ville de Fosses n’a vu un monde aussi considérable. Plus de 600 voitures stationnaient sur les routes et dans les champs voisins de la ville.

A sept heures du soir, les choses sacrées rentrent à la collégiale. Les troupes forment deux haies de Saint-Roch à l’Eglise pour les laisser passer. Puis les troupes rentrent en ville où on ne voit qu’un riant tableau de têtes vivantes, et chaque compagnie fait successivement un feu de file

(44)

en passant près de l’Eglise du vénéré Saint.

Aucun incident n’est à signaler de toute la journée.

 

Le Lundi.

 

Le lundi, la compagnie du Bambois est retournée à Fosses et a rendu les honneurs à M. Franceschini, Bourgmestre et notaire, et à M. l’abbé Mallar, curé-doyen. Adelin était fier de la charge qui l’incombait : présenter un sabre aux plus hauts magistrats de la commune. La compagnie a été royalement reçue.

La compagnie du Bambois était d’une propreté si remarquable que le bourgmestre pensait, et lui disait même, de lui donner un prix de propreté ; mais comme cela n’était pas dans l’usage, il lui a fait l’honneur de sa maison et de son parc.

Quant au Révérend Doyen, il la complimenta tant sur la mise que sur l’ordre. Il fit entrer tout l’Etat-Major au presbytère, lui offrit le vin à volonté et lui désigna une infinité de cafés où il pouvait rafraîchir ses soldats.

07:50 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.