02/08/2011

p.41-42

(41)

Adelin avait loué son cheval au sieur Auguste Thirot, pour 15 francs, plus 2 frs de pourboires. Ch. Guillaume possédait une chabraque de valeur.

Puis viennent les pelotons de grenadiers aux gros bonnets poilus et ensuite le drapeau et ses gardes. Puis les voltigeurs (chasseurs à pied), la cantinière, de laquelle des journaux étrangers à la localité ont fait l’éloge sur son âge avancé ; les zouaves (soldats d’infanterie) et les turcos (tirailleurs d’Algérie).

Les compagnies qui doivent se placer par bataillons carrés arrivent à la première station nommée « au Pauche » où doit avoir lieu la première bénédiction. Ensuite viennent les châsses de la Sainte-Vierge ; le buste de Saint-Feuillen et ses reliques ; le saint Sacrement.

Deux hommes du Bambois : Henri Dubois et Camille Poulet, sont dans la Garde d’honneur à cheval qui prend place aux coins du dais. La gendarmerie nationale ferme la marche.

Les décharges des compagnies commencent.

Vient le tour de celle du Bambois.

(42)

Les soldats, sous l’habile direction de l’adjudant Hallin, présentent les armes à l’arrivée du colonel Cosme Frédéric-Adelin. Son cheval sentant le pressentiment de son cavalier se cabra à plusieurs reprises, et aux mots de : « en joue » plusieurs soldats déchargent. Adelin voyant défaite complète, était comme fou, il suffoquait. Ensuite il éperonna son cheval et vint commander le reste de la décharge. Les soldats semblaient mécontents de ce manque de décharge.

Puis, accompagné des majors, Adelin alla chercher la bénédiction au grand galop, puis encore, entre les décharges, il courait à l’amble (sic) ou concouraient au plus vite.

Plusieurs compagnies avaient aussi manqué leur première décharge.

Les décharges qui sont commandées alternativement par grades : à la Couture Mathot,  Greffes de la Folie, par Gobert et Campagne de Lalou, par Morel, ont pleinement réussi.

Une heure de repos pour le dîner.

La compagnie du Bambois cantonna au Faubourg de France.

07:55 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.