02/08/2011

p.12-13

venue et remercié les sociétés présentes d’avoir bien  voulu répondre à son invitation.

« Les évolutions militaires ont été exécutées avec une justesse remarquable.

« M. Hallin a parlé, en termes bien éloquents, de la Jeunesse du Bambois et du drapeau que l’on inaugurait .

« La fête a pleinement réussi.

« Nos félicitations à M. Cosme, chef d’Etat-Major, MM. Guillaume, Gobert, Viroux, Georlette, Drèze, Thirot et Wiame, pour avoir apporté largement leur concours à la fête. »

 

« Adelin avait apprêté pour la circonstance, un discours qu’il refusa de prononcer à cause des discusions d’un peloton en formation. Ce discours basait sur l’union cordiale entre la Jeunesse et les habitants, entre le vieux et le jeune, le riche et le pauvre, le savant et l’illettré.

M. Hallin, adjudant, lui, a pris la parole en ces termes :

« Mes chers Amis,

« Nous voici enfin arrivés à ce beau jour grandiose et remarquable, à l’inauguration solennelle de notre drapeau, que depuis longtemps on a tant désiré ; aussi nous devons en être heureux et fiers. Oui, messieurs, aujourd’hui pour nous, c’est une journée de fête et de réjouissances et nous devons rendre hommage à la bonne et loyale société harmonique de Volontaires de Fosses, qui est venue prêter son concours, afin de nous aider à lui donner un brillant succès. Je vous assure, mes amis, que notre petit hameau du bambois a fait un grand devoir, une belle œuvre, qui méritent les éloges et les sympathies de tous et qui nous élèvent au rang de nos voisins, et il faut profiter de la maturité, de la sagesse et de l’expérience. 

« Le Drapeau ici présent, mes amis, est le Drapeau patronal au nom de la Jeunesse et appartenant à celle-ci, d’un commun accord avec l’Etat-Major, servira à la compagnie pour la marche de son patron. Nous devons donc, mes amis, présenter nos remercîments aux citoyens dévoués qui ont bien voulu se charger de faire toutes les démarches et soumissions devant le peuple pour amasser la somme nécessaire. J’ai aussi à vous faire remarquer que la vaillante jeunesse s’est montrée sympathique en versant son obole. Tous ensemble, mes chers amis, nous avons fait un effort suprême, riches et pauvres, vieux et jeunes, pour l’achat de ce Drapeau. Mais malheureusement,

08:53 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.